Review from Horns Up

August 18, 2020
From: Horns Up
Published: August 14, 2020

Je regretterai toujours un peu le split de Waning, groupe suédois qui avait su à la fois moderniser une base Black-Metal progressif et l’arborer d’un apparat plus froid et mécanique qui fonctionnait à merveille. L’excellent The Human Condition (2012), son second album, restera son testament et son manifeste, même si le groupe aura ensuite sorti 2 EPs avec un line-up amputé de son premier chanteur, avant d’arrêter les frais en 2015. Mais dans la foulée, Ov Shadows fut créé, avec le line-up subsistant de Waning dont, rappelons-le, le guitariste AA qui est par ailleurs maître à penser du singulier Obitus, restant sur la performance qu’était Slaves Of The Vast Machine (2017) et son unique morceau de 45 minutes. Chez Obitus, on retrouve logiquement un peu de ce qui faisait le charme de Waning, mais Ov Shadows a su aussi garder quelques bases pour proposer une variation, se rapprochant d’un Black-Metal plus traditionnel. Mais toujours aussi froid et relativement mécanique, avec de toute façon quelques éléments reconnaissables comme certaines sonorités de batterie, de guitare et la production générale. Ov Shadows s’est donc rapidement posé comme la version plus purement Black-Metal de Waning. Et ce dès son premier, et excellent album, The Darkness Between Stars (2018). Un premier effort très homogène où l’on appréciait le goût des Suédois pour un Black-Metal très dur, peu rapide dans l’absolu mais délicieusement glacial, sans pour autant sonner comme une énième formation trve et archi underground. C’est donc là qu’est la force de Ov Shadows, proposer un Black-Metal très traditionnel en apparence (trémolos, blasts, chant assez écorché…) mais bénéficiant d’une certaine modernité dans l’enrobage sonore. Le parfait héritage de Waning, appliqué à un Black-Metal plus cru mais qui a gardé ses singularités et une partie de son atmosphère. Passé chez Hypnotic Dirge Records, label où crèche Obitus justement, Ov Shadows est déjà de retour pour son second opus, I Djävulens Avbild.

Nom d’album en suédois, et les noms de morceaux suivent le même chemin. C’est le premier changement à mettre au crédit de Ov Shadows pour son second album, les paroles sont désormais intégralement interprétées en suédois, succédant au traditionnel anglais de The Darkness Between Stars. Pour autant, ce sera le seul changement notable à noter sur I Djävulens Avbild, qui pour le reste se place dans une lignée musicale strictement identique à celle de The Darkness Between Stars. Cependant, le chant en suédois va un peu faire varier les vocaux par rapport à ce précédent méfait, le chant de RA étant encore plus aigu et écorché, sans pour autant atteindre les extrêmes de certaines formations DSBM par ailleurs présentes en Suède et chez Hypnotic Dirge Records… Ov Shadows parvient malgré tout à garder sa personnalité et compte bien rester là-dessus. On retrouve donc le côté dur de la batterie de JW ainsi que certains riffs plus rocailleux, de même que les mélodies décharnées et toujours légèrement apocalyptiques. Et ce tempo relativement soutenu ajoutant beaucoup à la noirceur de l’ensemble, malgré tout généreusement relevé par quelques blasts et accès de trémolos salvateurs. Il ne faut donc rien attendre de plus que 7 nouvelles compositions de Ov Shadows, pour un album un chouilla plus court (43 minutes contre 46 pour son prédécesseur). Et l’homogénéité est de nouveau de mise, pour un album qui comme The Darkness Between Stars s’apprécie dans l’ensemble et surtout plongé dans l’ambiance, plutôt que de partir à la recherche du tube qui figurera dans vos favoris et votre playlist Spotify. I Djävulens Avbild choisit pourtant de nous prendre par surprise pour commencer, balançant directement des blasts, des trémolos acérés et un chant bien déchirant, pour un départ tonitruant sur "Den Eld Som Tär och Förvivder". Mais l’ambiance toujours aussi sombre et froide se met en place par le biais d’arpèges inquiétants ou de riffs plus lourds. "Blasfemiskt Crescendo" poursuit l’effort de la même manière, prouvant que Ov Shadows sait là où il veut aller. Et l’on se délecte aussi de ce quelques petits moments qui nous ramènent au style de feu-Waning, encore et toujours…

Bien qu’aussi homogène que le premier opus, I Djävulens Avbild va tout de même s’offrir une montée crescendo, dévoilant toute la richesse du groupe sur les bases simples posées par les deux premiers morceaux. "Under Dodens Vingar" offre une palette plus mélodique, mais monte d’un cran dans le côté désenchanté grâce à des trémolos prenants et un chant vraiment possédé. "Anakoretens Gap" remet un peu d’efficacité et surtout d’intensité dans la bataille, en proposant en sus des riffs plus appuyés très inspirés, toujours avec cet héritage latent de Waning et même d’Obitus. Cela nous amène au firmament de I Djävulens Avbild qu’est son morceau-titre, à l’ambiance formidablement froide et noire amenée par de subtils arpèges et patterns de batterie, en plus de riffs bien durs. Une excellente composition, particulièrement envoûtante, qui nous permet de valider définitivement les dispositions de Ov Shadows et son Black-Metal mi-moderne mi-traditionnel. Dommage que le groupe suédois redescende un peu de son piédestal avec une fin d’album plus classique malgré quelques compos toujours croustillantes, entre le plus intense et blastant mais toujours pesant "Spotsk", et le final bien désenchanté mais toujours émaillé de riffs à la Waning qu’est "Av Kunskap Krönt Till Gud". Bien que son art s’apprécie toujours dans sa globalité, plongé dans le noir, ce second album de Ov Shadows possède tout de même de réels moments forts et du coup, de petites longueurs ou de compos moins intéressantes, le meilleur se situant clairement en milieu de course. L’effet de surprise n’étant plus, The Darkness Between Stars reste encore au-dessus. On passera aussi sur une pochette assez cliché qui perd aussi le mysticisme de celle qui l’a précédée, mais Ov Shadows continue à tracer sa route avec une certaine classe et un réel raffinement, parmi des formations de Black-Metal qui osent peut-être trop ou se complaisent dans une tradition trop abrupte. Parfaitement équilibré, Ov Shadows peut donc convaincre tout le monde, avec un style finalement assez particulier qui est une nouvelle fois bien exécuté et porteur de moments de grâce. Que vous ayez saigné Waning en son temps ou non, penchez-vous sur ce talentueux groupe suédois qui a rapidement façonné un style moins classique qu’il n’y paraît, assez personnel et sur des bases inhabituelles. Et avec leur froideur, The Darkness Between Stars et I Djävulens Avbild sont la climatisation qu’il vous faut pour sortir de la canicule, à défaut d’une cruelle déception sportive…

Rating: 7.5/10
 

Review from ZWare Metalen

August 18, 2020
From: ZWare Metalen
Published: August 14, 2020

Ov Shadows ontstond uit de restanten van het eveneens uit Zweden afkomstige Waning. De vier heren brachten ergens in 2016 hun eerste EP uit, Monologues. Een EP die zich kenmerkte door bevreemdende black metal met hier en daar een injectie van industriële klanken, of zo staat het toch geschreven. Het daaropvolgende The Darkness Between Stars fietste vrolijk verder op dezelfde tarmac maar ditmaal kreeg je deze naargeestige blackmetalvar...

Continue reading...
 

Review from Hellfire Magazine

August 18, 2020
From: Hellfire Magazine
Published: August 14, 2020

Aus dem schwedischen Göteborg, eigentlich der Inbegriff für Melodic Death Metal, kommt die Black Metal Band OV SHADOWS, die erstmals 2016 mit der EP “Monologues” auf den Plan traten. Dass die Jungs eigentlich in der kurz zuvor aufgelösten Black Metal Kapelle ‘Waning’ spielten, merkte man schnell an der Qualität der neuen Songs unter neuer Flagge. Im Februar 2018 folgte dann mit “The darkness between lights” das Deb...

Continue reading...
 

Review from Angry Metal Guy

August 18, 2020
From: Angry Metal Guy
Published: August 14, 2020

Psychoanalysis was a truly revolutionary idea. Up to that point, it was believed that what you see, what you can experience with your senses – that’s all there was. But obnoxious motherfucker Freud1 came around and screwed that up. Suddenly we realize through him (in his diagnoses of traumatized World War 1 veterans) that the mind, the personality, and behavior is influenced perhaps by forces of which we are not necessarily aware...

Continue reading...
 

Review from Metal Utopia

August 13, 2020
From: Metal Utopia
Published: August 13, 2020 

Too many bands reach forward, not enough reach inward. A lot of acclaimed music is plowing through the present and the past, trying to find the next new thing. New sounds, new fusions, new genres. It’s the easiest way to stick out. However, music can be iterative. Just because someone made an album twenty years ago doesn’t mean that you can’t do it better. Enter Swedish metallers Ov Shadows. Their attack on their sophomore album ...

Continue reading...
 

Review from Wonderbox Metal

August 13, 2020
From: Wonderbox Metal
Published: August 13, 2020 

Ov Shadows are a Swedish black metal band and this is their second album.

Featuring a member of Obitus, Ov Shadows play ferocious, yet textured, black metal that should find favour with fans of bands such as Dark Funeral, Nordjevel, Nightbringer, Barshasketh, etc.

I Djävulens Avbild contains 43 minutes of blistering black metal, performed at withering speeds for much of the time. The pace does change, to be fair, but this album is ne...

Continue reading...
 

Review from Metal Natala

August 6, 2020
From: Metal Natala
Published: August 6, 2020 

A Suécia é uma verdadeira potência quando o tema é Heavy Metal (e Metal Extremo) . Afirmação essa que é facilmente comprovada e reforçada quando vamos à memória e resgatamos dela medalhões do valor do Candlemass, Bathory, Dissection, Hypocrisy, Edge Of Sanity e Marduk (ficando nos óbvios e sem entrar na “The Gothemburg Sound” – com todos os inúmeros componentes desta cena).

O fato é que o país jamais perdeu sequer mi...

Continue reading...
 

Review from Route 666

August 5, 2020
From: Route 666
Published: August 5, 2020

Nach dem sehr starken Debüt „The Darkness Between Stars“ (2018) legen die Black Metal Puristen OV SHADOWS nun mit ihrem Zweitwerk „I Djävulens Avbild“ nach.

Klirrende Kälte, die sich wie ein Eispflock tief in das Herz bohrt, das Blut in den Adern gefrieren lässt und unweigerlich den fröstelnden Tod bringt. So oder so ähnlich lässt sich der tiefschwarze Black Metal der Schweden am ehesten charakterisieren. Stücke wie der bitte...

Continue reading...
 

Review from My Music Path

July 22, 2020
From: My Music Path
Published: July 22, 2020

Black metal is as diverse as regional accents. Some accents sound like an angel pouring honey into your ear, others sound like a dead zombie slug crawling out of it. Ov Shadows fall in the first category since they make really solid black metal. No keyboards or time-consuming interludes, just guitars, bass, drums and vocals and that's it. 

The band recorded, mastered and mixed 'I Djävulens Avbild' themselves, and they did an amazing job....

Continue reading...
 

Review from Metal Blast

July 22, 2020
From: Metal Blast
Published: July 22, 2020

If you’re not familiar with Ov Shadows, you are not alone. Until I received their promo, I had never heard of them. But as I familiarized myself with their discography (their 2016 EP Monologues and their 2018 LP The Darkness Between Stars), I had to keep asking myself how come such a great black metal band had gone unnoticed.

From the very start, I Djävulens Avbild (“In the Devil’s Image”) grabs you hard, and doesn’t let go until...

Continue reading...
 


 Released: August 14, 2020
Genre: Black Metal

ORDER CD
ORDER BUNDLES
DIGITAL [NAME-YOUR-PRICE]